www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
109
Hier :
674
Semaine :
4381
Mois :
17936
Total :
910298
Il y a 2 utilisateurs en ligne
-
2 invités

UN PEU D'HISTOIRE

De recherches effectuées par le Conseil Economique et Social Local, nous voyons que c’est en 1480 (la Bresse n’était pas rattachée au royaume de France à l’époque) que s’est constituée la Compagnie de l’Arquebuse, ancêtre de la Société de Tir actuelle.

 

La pratique du tir est de très longue tradition à Bourg. Il est en effet rapporté par Claude COURTEPEE, Abbé et historien du 18ème siècle, que la compagnie de l'arquebuse de Bourg, était probablement la plus ancienne du royaume puisque les privilèges de l'exercice de l'arc et de l'arbalète y furent concédés dès le 15ème siècle par PHILIPPE DE SAVOIE, COMTE DE BRESSE (en 1467, 1480).


Il nous faut également préciser qu'au 17ème siècle on tirait déjà en lisière de la forêt de Seillon au lieu-dit "Les Pataguins". Ce lieu qui n'est autre que celui où se situe actuellement notre société de tir.

 

Le 1er septembre 1867 se fonde à Bourg, sous la présidence d’honneur de M. DUPRE maire de Bourg et sous la présidence effective de M. VARENNE de FENILLE, la «Compagnie des Francs-Tireurs de l’Ain ». Elle s’institue pour l’exercice du tir à la carabine et au fusil de chasse et établit son champ de tir au bord de la forêt de Seillon. La compagnie fonctionne pendant 3 ans mais lors de la guerre de 1870 un grand nombre de ses membres prennent les armes… et la compagnie disparaît.

 

 

 

 

 

En 1875, une autre association de tireurs voit le jour sous l’égide de Gabriel Vicaire : c’est l’Alouette des  Gaules qui reprend et remet en état les terrains. Très vite au tir on adjoint une autre discipline : l’éducation physique. Un an plus tard, devant l’importance des effectifs, il y a séparation des deux disciplines.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’éducation physique gardera le nom d’Alouette des Gaules et le 26 septembre 1876, le tir se déclarera sous le titre de Société de Tir de la Ville de Bourg en Bresse.

 

En 1886, l'Union des Sociétés de Tir de France (l'ancêtre de la FFTir) est créée. Parmi les 232 sociétés répertoriées, on n'en relève que 4 qui soient ouvertes aux dames : Bourg, Comartin, Plombières et Sétif.

 

Du stand de 1867, il ne restait plus que les buttes. Au début de la nouvelle société, on ne tirait qu’en plein air et il fallait réinstaller le pas de tir à chaque séance. M. Louis Belaysoud devient président de la Société, il est également vice-président de l’Union Patriotique de l’Ain, membre du Comité de l’Union des Sociétés de tir de France.

 

Le nombre des adhérents passe de 150 à 250 en 1880 et augmente d’année en année…
Des plans sont dressés pour construire un stand qui chaque année s’améliore : dallage en ciment, construction de deux pavillons, d’une écurie, d’une cave de jardins anglais. Un stand moderne….

 

La société organise de nombreux concours parmi lesquels le championnat de France et des concours internationaux. Mais la société pense aussi aux jeunes et chaque année des concours pour les élèves du Lycée Lalande, de l’Ecole Normale, des écoles communales ont lieu….

 

Cet aménagement du stand de tir permet à la société de gymnastique d’adjoindre à ses exercices l’enseignement militaire en 1881.

 

Parmi les nombreux concours organisés par la Société de Tir de la ville de Bourg, le tir à l’oiseau avait un prestige particulier. Il avait lieu le 14 juillet, son origine remontait à Saint Louis. Il consistait à tirer sur un oiseau en bois perché en haut d’un mât. Le gagnant était celui qui faisait tomber le dernier morceau. Il obtenait alors soit la remise de sa peine de prison s’il en avait encouru une, soit la remise de ses impôts pour une année.

 

Le stand de tir était également à vocation militaire, ainsi qu'en témoigne un document retraçant l'histoire de la ville :

"INAUGURATION DU STAND DES VENNES 4 juillet 1927 : Réorganisé et modifié de façon à s’adapter aux conditions du tir moderne, le stand des Vennes a hier présenté aux tireurs ses nouvelles installations. Monsieur MESSIMY sénateur, M. le maire de Bourg, le colonel DUPONT et le commandant du Génie étaient présents. La nouba du 65ème Tirailleurs saluait la fin de chaque discours. L’après midi, un concours de tir a attiré de nombreux tireurs, le soir un souper champêtre a donné à notre forêt un grand air de fête."

 

En 1939 la société est mise en sommeil, et ce n’est qu’en 1953, sous la présidence et l’impulsion de M. André BARTHELEMY, qu’une poignée d’hommes passionnés de tir reprennent le chemin du stand. Ils prennent pelles, pioches et truelles pour remettre en état ce qui était devenu friches et racines.

 

Ce fut le début d’une suite de travaux, d’aménagements et de projets ininterrompus jusqu’à ces dernières années.


Si le club est aujourd’hui ce qu’il est, c’est grâce, en grande partie à tous ces bénévoles qui ont donné de leur temps, de leur énergie et de leur argent.

 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
2
3
7
Date : lundi 7 octobre
10
14
Date : lundi 14 octobre
16
17
19
21
Date : lundi 21 octobre
23
24
28
Date : lundi 28 octobre
30
31

 
 
Une realisation de la STBB01 (JCB) - 2014-2018